Pour celles qui ne la connaissent peut-être pas, j’aimerais vous présenter en quelques lignes, cette femme qui m’a beaucoup touchée, dès lors que je me suis intéressée à la naturopathie.

Hildegarde de Bingen est une abbesse bénédictine allemande qui a vécu au début du Moyen-Age. Ses écrits, dont « Physica » et « Causa et Curae » (Causes et Remèdes) sont influencés par la théorie des humeurs, à savoir que le corps humain est constitué de sang, de phlegme, de bile jaune et de bile noire et qui sont associés à des qualités physiques que sont le chaud, le froid, le sec et l’humide. Lorsque ces éléments sont à l’équilibre, l’organisme est en santé.

Elle évoque dans ses écrits, les aliments comme « remèdes » en fonction de leurs vertus curatives.

  • l’épeautre, variété ancienne du blé, est la reine des céréales selon elle. Dans ses écrits, elle note qu’il est « un onguent de l’intérieur. Il répare et adoucit, donne un sang et une chair de qualité« . Elle le classe dans les aliments de nature chaude, plein d’énergie vitale, cette viriditas (terme associé à l’abbesse et qui signifie la santé spirituelle et physique) qui apporte un esprit joyeux et toutes ses vertus curatives. Outre ses différents apports pour l’organisme, il est intéressant pour neutraliser les excès d’acides ou d’alcalins et Hildegarde de Bingen l’affectionnait pour sa digestion lente.
  • le fenouil est selon elle bon de la graine jusqu’à la racine. Il adoucit le tube digestif et lutte contre l’acidité. Ses vertus sur l’équilibre acido-basiques sont aujourd’hui reconnues.
  • la pomme, chaude et humide, ne sera « consommée cru que par les biens-portants« . Dans le cas contraire, elle devra « être cuite pour ne pas affaiblir les malades« .
  • l’amande (fruit de l’amandier) donne toute sa force à « celui qui a le cerveau vide, un mauvais teint sur le visage et mal à la tête« .
  • la châtaigne redonne force et joie à « celui qui est bloqué par de la paralysie et qui en devient coléreux« , à celui qui souffre du foie, de la rate ou « du coeur et en devient triste« .

Dans la famille des épices, elle recommande le clou de girofle, la cardamome, la noix de muscade et la cannelle. En revanche, rares sont les aliments qu’elle préconise de manger crus. Seul l’ail, ainsi consommé, revitalise.

Selon leur mode de préparation mais aussi selon notre tempérament, nous ne consommerons donc pas de la même manière ces précieux végétaux que sont les fruits et les légumes et dont Hildegarde nous parle si bien avec cet esprit visionnaire qui la caractérise.

Derrière des préceptes pas toujours faciles, elle nous proposait une vision étonnement proche de la naturopathie moderne.

Prenez soin de vous sainplement !

Isabelle Luquet, naturopathe

Pour des conseils personnalisés et adaptés à votre cas personnel, n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur Doctolib.

 

 

Photo by Jonathan Beckman on Unsplash