Et si on commençait par être plus attentive aux étiquettes de nos cosmétiques !?!

La peau n’est pas une simple enveloppe dont le rôle est de créer cette barrière « dedans/dehors ».  Elle peut aussi révéler au monde extérieur, l’état de notre intérieur. Comme tout organe, elle travaille au bon fonctionnement de l’organisme et doit faire face à des agressions tant intérieures qu’extérieures. En revanche, la peau est le seul organe directement exposé à l’environnement extérieur. Elle apporte ainsi à l’organisme, une foule d’informations (chaleur, froid, humidité, émotions…). Et s’il lui arrive de nous envoyer des signaux de vigilance, ce n’est pas de manière isolée, mais bien souvent par défaillance d’autres organes qui par effet domino l’entraîne dans un déséquilibre.

Mais au-delà de cet extérieur qui peut l’agresser, au-delà de ces défaillances internes qui peuvent l’amener à des déséquilibres, la peau peut subir les désagréments de nos « gestes beauté ». Le fait d’exposer sa peau à des produits cosmétiques visant à masquer défauts, impuretés, cernes, âge, rides, excès de sébum… Bref, le fait de se conformer aux attentes sociales en se maquillant, peut à la longue, nuire à son éclat naturel.

J’ai retenu 6 composants cosmétiques, parmi d’autres, qui peuvent déjà nous faire réfléchir.

Etes-vous prêt(e) ? Alors, prenons le temps de les découvrir !

  1. Les huiles minérales (paraffine et vaseline) sont des produits issus de la pétrochimie (dérivés du pétrole) et sont des huiles de base souvent à faible coût. Le problème, c’est qu’à long terme, elles finissent par boucher les pores et peuvent provoquer eczéma et autres irritations. Bien que l’absorption cutanée de l’huile minérale soit faible, des risques d’accumulation d’hydrocarbures d’huile minérale dans la graisse corporelle restent possibles.
    De plus ces huiles ne sont pas facilement biodégradables voire toxiques pour l’environnement (poissons, faune et flore).
    COMMENT SONT-ELLES MENTIONNÉES SUR LES ÉTIQUETTES ? Mineral Oil (huile minérale), Paraffinum Liquidum, Liquid Parafin (paraffine liquide), Petroleum Jelly (gelée de pétrole), Vaseline, White Mineral Oil (huile minérale blanche), Paraffinum Subliquidum, Paraffinum Album, Paraffinum Flavum, Petrolatum Base, Soft Paraffin (paraffine molle).
  2. Les silicones (méthicone, siloxane, cyclopentasiloxane…), matériaux synthétiques, sont utilisés comme additifs pour shampooings et revitalisants, en raison de leur capacité à former un film protecteur d’une extrême douceur. Mais ils finissent par bloquer la fonction d’émonctoire (porte de sortie) de notre peau. Les silicones sont des composés stables et inertes qui les rendent très fonctionnels, mais donc extrêmement persistants dans l’environnement.
    COMMENT SONT-ILS MENTIONNES SUR LES ÉTIQUETTES ? Diméthicone, Amodiméthicone, Cyclopentasiloxane, Disiloxane, Trisiloxane, Siméthicone, Polydiméthylsiloxane, Méthicone.
  3. Les parabènes (parahydroxybenzoate de méthyle, l’éthylparabène…) grâce à leur coût faible, sont utilisés comme conservateurs synthétiques dans les cosmétiques non bio. Ils sont présents dans les gels douche, les lotions pour le corps, les shampooings, les après-shampooings, les hydratants pour le visage, les déodorants et les produits de maquillage. Leur fonction : empêcher la croissance des bactéries dans les formulations. Des études ont montré que certains parabènes peuvent imiter l’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine, avec possible répercussion sur notre système endocrinien. À l’initiative du Danemark, la Commission européenne a modifié le règlement européen sur les cosmétiques, interdisant l’utilisation de cinq parabènes (isopropylparabène, isobutylparabène, phenylparabène, benzylparabène et pentylparabène) dans les produits cosmétiques. L’éther de glycol (phénoxyéthanol, phénoxytol…), qu’on utilise comme substitut des parabènes, n’est pas moins dangereux car il serait également un perturbateur endocrinien.
    COMMENT SONT-ILS MENTIONNES SUR LES ÉTIQUETTES ? Methylparaben, Propylparaben, Butylparaben, Ethylparaben, Alkyl parahydroxy benzoates.
  4. Les polyéthylènes glycols (PEG), large gamme de molécules produites synthétiquement à partir d’oxyde d’éthylène, sont couramment utilisés dans les cosmétiques comme tensioactifs, épaississants, agents nettoyants, émulsifiants, conditionneurs et humectants. Une propriété exceptionnelle des PEG est leur solubilité dans l’eau et leur capacité à solubiliser d’autres substances. Vous les trouverez donc souvent dans les nettoyants pour la peau. En outre, ces produits chimiques peuvent éliminer l’hydratation naturelle de la peau. De plus, de nombreux PEG sont peu biodégradables.
    COMMENT SONT-ILS MENTIONNES SUR LES ÉTIQUETTES ? PEG-6, PEG-7, PEG-8, … etc., polyéthylène glycol
  5. Le talc est extrait des dépôts de roches. Cette poudre blanche et opaque est utilisée dans une grande variété de produits cosmétiques – les déodorants, les fards à joues, les fards à paupières, la poudre pour bébé. Dans la nature, le talc se trouve à proximité de l’amiante (qui est un cancérogène bien connu), donc si les sites miniers ne sont pas sélectionnés avec soin et si le talc n’est pas correctement purifié, il peut être contaminé par des minces cristaux fibreux de ce minéral dangereux. L’exposition à l’amiante sur la durée a des répercussions que l’on connaît. Aux États-Unis, des milliers de poursuites ont été intentées en janvier 2020 contre des sociétés de cosmétiques qui utilisent du talc dans leurs produits dont Johnson & Johnson. En octobre 2019, Johnson & Johnson a annoncé le rappel d’environ 33000 bouteilles de poudre pour bébé Johnson’s après que la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA américaine) ait trouvé des traces d’amiante dans l’échantillon de ce produit populaire1.
    1Communiqué de la FDA, le 18 octobre 2019. Le fabricant de poudre pour bébé rappelle volontairement les produits contenant de l’amiante. Disponible en ligne sur http://bit.ly/3bONgGt   
    COMMENT EST-IL MENTIONNE SUR LES ÉTIQUETTES ? Tout simplement : Talc
  6. Les paillettes synthétiques sont ces particules de plastique brillantes et recouvertes d’aluminium, qui servent à éblouir notre Instagram. Elles se transforment en débris microplastiques, laissant leurs traces dans l’environnement ou l’océan et mettant en danger les organismes aquatiques entre autre. Une fois lavé dans les égouts, les paillettes en plastique s’ajoutent à la charge microplastique de la Terre.
    COMMENT SONT-ELLES MENTIONNEES SUR LES ÉTIQUETTES ? Polyéthylène téréphtalate

Vous l’aurez compris, ce premier état des lieux n’est certes pas très optimiste mais la prise de conscience est progressive.

L’été est là, alors laissons respirer nos peaux le plus naturellement possible !!!

La peau trahit nos émotions ou les expose lorsque l’on rougit, l’on blêmit, l’on verdit … que de couleurs… ou que l’on transpire ! Ces ridules qui se dessinent avec le temps traduisent des joies, des peines ou des fatigues… La peau peut ainsi nous trahir parfois. Elle nous expose certes, mais autant qu’on l’expose.

Alors, prendre soin de sa peau nécessite de comprendre notre rapport avec elle et d’entendre ce qu’elle nous dit. Sauver sa peau passe par la case « paix avec soi-même » ! On est, ce que l’on veut bien montrer de nous.

Prenez soin de vous sainplement !

Isabelle Luquet, naturopathe

Pour des conseils personnalisés et adaptés à votre cas personnel, n’hésitez pas à prendre rendez-vous sur Doctolib.

 

Photo de Marvin Lewis sur Unsplash

Photo de Raphael Lovaski sur Unsplash