Comment garder le moral en cette période si particulière ? La peur du virus, les actualités anxiogènes, la contrainte de rester trop enfermé, l’isolement ou au contraire, la promiscuité avec ses proches, tout cela peut générer du stress, de l’anxiété, voire aggraver certains troubles. Alors, pour rompre cette spirale, pensez à l’exercice physique ! Les tutoriels sur internet ne manquent pas !

On sait depuis longtemps que l’exercice physique est bon pour la santé physique, mais il est tout aussi intéressant pour la santé mentale. L’exercice physique aurait même un impact sur les baisses de moral légères à modérées.

Comment le sport agit-il ? En amenant le sang à vos muscles, l’exercice physique va entraîner une décongestion des habituelles zones de surchauffe interne (système digestif, cerveau). D’où une sensation d’apaisement.

« Le muscle est le contrepoids du nerf », aimait à dire Edmond Desbonnet, le père de la gym des organes.

L’organisme va sécréter plusieurs neuromédiateurs, dont la dopamine, hormone associée au plaisir et à la motivation, et la sérotonine, à l’effet calmant, qui vont réguler les humeurs négatives.

Enfin, le sport entraîne une augmentation des endorphines qui vont déclencher une sensation de bien-être et agir comme un véritable anxiolytique.

Alors, n’hésitez pas à instaurer un rituel quotidien d’au moins 30 minutes. Non seulement vous chasserez vos idées noires, mais vous boosterez également votre système immunitaire.

Alors à vous de choisir votre activité : pilates, zumba, corde à sauter…, vous avez l’embarras du choix. Et sinon, pensez marche, vélo, jardinage… bref, bougez bougez et pensez à scinder vos journées, même en télétravail !

Isabelle Luquet, Naturopathe

 

 

Pour des conseils personnalisés et adaptés à qui vous êtes, prenez rendez-vous sur Doctolib ou me contacter par téléphone.

 

Les conseils cités dans ce texte ne sont pas destinés à l’automédication : ils sont délivrés à titre informatif et ne remplacent en aucun cas un avis ou une prescription médicale. Ils ne sauraient se substituer aux diagnostics et ordonnances délivrés par les médecins qui sont les seuls habilités à délivrer des traitements médicaux thérapeutiques.

 

Photo by Scott Webb on Unsplash

Photo by Annie Spratt on Unsplash