Facilitant l’absorption du calcium et du phosphore, la vitamine D joue un rôle essentiel dans la minéralisation osseuse. Elle serait même un régulateur clé de la défense immunitaire.  Cette vitamine D (que l’on considère parfois comme une hormone car elle se lie à des récepteurs) est majoritairement obtenue grâce à l’exposition au soleil, mais aussi par l’alimentation (poissons gras et crustacés, huiles à base de foie de poisson, jaune d’œuf…).

Toutefois, pendant la période hivernale, une supplémentation peut s’avérer nécessaire. Une carence peut provoquer des douleurs osseuses et musculaires entre autres.

Alors, après un dosage sanguin de votre taux de vitamine D, pensez à une supplémentation !

En France, la référence nutritionnelle pour la population (RNP) établie par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), et en l’absence d’apport cutané par exposition au soleil, est de 15 µg/jour, soit 600 UI/jour pour un adulte.

Le dosage autorisé en France pour les compléments alimentaires est de 400 à 2000 UI. La dose de sécurité en Europe est de 4000 UI, on peut donc prendre une supplémentation sans risque au-dessous de cette dose.

Parallèlement aux recommandations officielles, le dosage dépend en réalité des besoins de chacun, variables selon l’âge. Il faut aussi prendre en compte la saison (exposition au soleil) et l’état du système immunitaire de la personne.

 

Pour des conseils personnalisés et adaptés à vous, prenez rendez-vous sur Doctolib ou me contacter par téléphone.

 

Les conseils cités dans ce texte ne sont pas destinés à l’automédication : ils sont délivrés à titre informatif et ne remplacent en aucun cas un avis ou une prescription médicale. Ils ne sauraient se substituer aux diagnostics et ordonnances délivrés par les médecins qui sont les seuls habilités à délivrer des traitements médicaux thérapeutiques.

Photo by Annie Spratt on Unsplash

Photo by Adam Nieścioruk on Unsplash